Sur les traces de Ghibli à Seiseki-Sakuragaoka

Sur les traces de Ghibli à Seiseki-Sakuragaoka

Je ne sais pas si c’est parce que je retourne au Japon dans un bon mois, mais récemment je suis un peu nostalgique de mon année d’échange universitaire, et notamment de mon ancien quartier. J’ai eu l’immense chance de vivre un an dans la ville qui a servi de décor au film  » Si tu tends l’oreille «  (Mimi wo Sumaseba 耳をすませば, en japonais) de Kondô Yoshifumi, en collaboration avec Miyazaki Hayao. Faute d’avoir pu aller au musée Ghibli malgré mes trois voyages au pays du Soleil Levant, je me suis rattrapée en réalisant le parcours dédié à découvrir les décors d’inspirations du film d’animation.

Sur les traces de Ghibli à Seiseki-Sakuragaoka

Un parcours immersif à quelques pas de Tokyo

Mimi wo Sumaseba 

Le film raconte l’histoire de Shizuku, jeune collégienne rêveuse et passionnée de lecture. Flânant beaucoup à la bibliothèque où son père travaille, elle y emprunte de nombreux livres et constate qu’un même nom revient souvent dans la liste des anciens lecteurs : Amasawa Seiji.
Plus tard, alors qu’elle prend le train, elle remarque la présence fortuite d’un chat (répondant au nom de Moon) qui a l’air de savoir parfaitement où il va (oui oui, un chat dans un train, n’oubliez pas que c’est un Ghibli). Elle décide de le suivre, et l’animal la mène jusqu’à une boutique d’antiquités qui va non seulement la fasciner mais changer son petit quotidien routinier.

Je n’en dis pas plus car il serait dommage de vous gâcher le plaisir du film qui est graphiquement très beau pour l’époque (n’essayez pas de le comparer à Kimi no Na Wa quoi, celui-ci date de 1995). J’ai toujours été fascinée par le souci du détail des dessins animés japonais, bien plus authentiques et poétiques que les occidentaux à mon goût. Celui-ci ne fait pas exception et la charte graphique m’a beaucoup plue.
On sent bien la patte de Miyazaki dans le scénario : bien qu’ancrée dans la réalité, l’histoire a son penchant de fantastique, comme dans la plupart des oeuvres du maître de l’animation japonaise. C’est un film émouvant, dynamique et invitant au rêve et à l’imagination fertile.

Seiseki-Sakuragaoka et ses petits secrets

Seiseki-Sakuragaoka (聖跡桜ヶ丘, qu’on abrègera en Seiseki par la suite, parce que j’ai vraiment la flemme de tout écrire), signifie littéralement  » La colline aux cerisiers sacrés « . C’est le nom donné à une gare située dans la ville de Tama (多摩), à environ 40 min de train du centre de Tokyo.
On ne comprend réellement le sens de ce nom que vers mars-avril, où toute la ville prend des teintes de blanc rosé. Des cerisiers sont plantés un peu partout dans les rues, donnant une ambiance festive et printanière très sympathique, et le quartier autour de la gare est surplombé par une petit colline, elle-même parsemée de cerisiers magnifiques.

Les cerisiers en fleurs

Pour se rendre à cette gare, il faut emprunter la ligne Keiô (京王線) depuis la station de Shinjuku (新宿) et c’est direct. Attention à bien prendre un train  » Special Express  »  (特急) en direction de Keiô-Hachiôji (京王八王子) ou éventuellement Takaosanguchi (高尾山口), car si vous prenez un train local ou rapide, vous allez mettre plus d’une heure et demi pour arriver à destination (croyez-moi, je l’ai fait la première semaine de mon expat’ au Japon, c’est long, très long …). Ne prenez surtout pas la direction d’Hashimoto (橋本) qui amène totalement ailleurs. Vous arrivez sur place en 40 min environ.

Gare de Seiseki

Et comme je suis sympa, je vous révèle un petit secret pour la route. Saviez-vous que chaque gare au Japon a son propre jingle distinctif ? Eh bien celui de la gare de Seiseki est une reproduction du titre  » Take me Home, Country Roads «  de John Denvers. Vous ne voyez pas le rapport entre les routes de Virginie et le Japon ? C’est normal, il n’y en a pas, mais par contre Country Roads est la chanson d’ouverture de Mimi wo Sumaseba. Le film s’est même doté d’une adaptation en japonais très sympathique !

Sur les traces du film : le parcours

Votre périple commence à la sortie de la gare (ma mémoire de poisson rouge m’indique dans l’oreillette qu’elle ne sait plus de quel côté c’est, mais qu’il y a un Keiô Store.). Vous observez les alentours, curieux, et posez vos yeux sur une petite boîte aux lettres en forme de maison dans laquelle vous pouvez déposer un message. A côté de celle-ci trône un panneau représentant la carte qui vous guidera dans votre aventure Ghibliesque.

La carte du parcours Mimi wo Sumaseba
La boîte aux lettres inspirée du film

Keio Store

Vous pénétrez alors dans le Keiô Store et grimpez au deuxième étage, ou vous récupérez un exemplaire papier de cette même carte en face de l’ascenseur. C’est aussi ici que vous tamponnez la première étape sur votre carte (comme la carte est en full Japonais je vous donne les lieux d’étapes, parce que c’est pas franchement évident !). Il est temps maintenant de partir à la recherche de Moon le chat.

Vous traversez le passage piéton, longez le centre commercial OPA, et continuez tout droit en vous baladant dans les fameuses ruelles fleuries pendant la saison des cerisiers. Vous arrivez alors au niveau d’une supérette Family Mart. Vous décidez de rentrer vous acheter une petite collation pour votre périple et ô surprise, un tampon vous attend pour valider la seconde étape. Votre melon pan (brioche au goût de melon) en poche, vous repartez à la poursuite de Moon.

Rivière Oogurigawa

Vous traversez alors la rivière Ôguri-gawa (大栗川) et vous préparez psychologiquement pour une petite montée, qui pourrait donner du fil à retordre aux moins randonneurs d’entre vous. Mais la vue du sommet vaut tellement la peine que vous mettez votre flémingite aïgue dans votre poche arrière et donnez le meilleur de vous-mêmes.
Là, vous arrivez au niveau d’un petit parc avec une vue imprenable sur la ville de Tama et vous faites une petite pause bien méritée pour en profiter.

Vue sur la ville depuis le parc

Vue sur la ville depuis les escaliers

Une fois le rythme cardiaque revenu à la normale, vous reprenez la route et deux options s’offrent à vous : suivre les serpentins du goudron et côtoyer les voitures, ou explorer la nature en empruntant la volée d’escaliers qui s’offre à vous (perso j’ai choisi les escaliers, vous comprenez on m’a toujours dit que c’était mieux que l’ascenseur …). Je ne veux pas vous influencer mais dans le film, Shizuku a pris les escaliers.

La route sinueuse de la colline

Le petit temple caché

Statue de tanuki

Ce petit raccourci éprouvant pour les jambes vous conduit directement à l’entrée d’un petit temple shinto, très charmant et préservé au coeur de la nature. Vous vous y attardez un peu en prenant bien soin d’entrer et de sortir par le Torii (鳥居) pour ne pas fâcher les dieux.

Pour finir, vous suivez la route, vous promenant tranquillement dans les quartiers résidentiels de la ville, pour arriver au niveau d’un rond-point tout vert, que vous contournez pour découvrir la boutique Four Leaf (correspondant à la boutique d’antiquités fictive du film). Satisfaits de votre périple et de ce que vos yeux ont pu admirer, vous entrez dans la petite salle et vous émerveillez alors devant les figurines à l’effigie du Baron et de sa Baronne, personnages-phares du film, ainsi que toutes les petits babioles mignonnes présentées sur les étagères. Et bien sûr, vous n’oubliez pas de tamponner la 3ème et dernière étape de votre aventure.

Le rond-point

Les statuettes de Baron et Baronne
Panneau du Four Leaf

Petites babioles vendues dans la boutique

Félicitations, vous avez découvert la majorité des lieux ayant inspiré les décors de Mimi wo Sumaseba, vous vous êtes complètement immergés dans l’ambiance à la Ghibli, et vous avez en plus visité une ville charmante, calme et où il fait bon vivre.

Toujours là ?
J’espère que cette petite balade au coeur du Japon ! Je pense être la première blogueuse francophone à parler de ce parcours spécial Ghibli car quand j’ai effectué des recherches, je n’ai trouvé que des articles en anglais.

Je suis donc très fière de mettre en valeur la ville dans laquelle j’ai habité pendant presqu’un an et où j’ai fait mes plus belles rencontres. J’y retourne à chaque voyage au Japon, et j’espère que vous la visiterez aussi !

Petite anecdote : ne cherchez pas la bibliothèque du film comme moi, elle est totalement fictive !

← Psst ! Si vous avez Pinterest, vous pouvez pin mon article ! ♥



Vous avez déjà vu  » Mimi wo Sumaseba  » ? Vous êtes amateurs de Ghibli ? Quel est votre Ghibli préféré ?
Passionnée de voyages & d'écriture depuis de nombreuses années, j'ai décidé de combiner les deux à travers mon blog. Mon but est de partager mes expériences et mes anecdotes de façon légère et ludique pour vous informer tout en vous divertissant ♥

10 thoughts on “Sur les traces de Ghibli à Seiseki-Sakuragaoka

  1. Aaaah tu l'as déjà vu donc ! Je suis ravie de t'avoir donné cette envie ! 🙂
    Oui c'est super beau et agréable à faire, en plus c'est pas très long ça se fait en même pas une heure x) Et c'est gratuit ahah !
    Très paisible, c'était cool de vivre ici un an 🙂
    Bisous ! 🙂

  2. Ohlalaa tu m'as tellement donnée envie de le revoir ! Le parcours a l'air super et les beaux paysages m'ont littéralement fait rêvés ! Ça a l'air vraiment paisible comme coin 🙂
    Bisous !

  3. Ravie que ça te plaise ! 🙂 A faire si tu vas au Japon un jour 🙂
    Quant au film, si tu adores l'univers Ghibli alors fonce, il est super sympa 🙂

  4. Wow, je suis touchée de voir que mon article vous ait ramenée au Japon ! 🙂
    Avec grand plaisir, j'ai adoré rédiger cet article et me replonger moi-même au Japon !

  5. Je te remercie pour ton commentaire, ravie que tu le trouves original ! 🙂 Je suis restée très discrète sur les détails du film volontairement, mais les photos sont vraiment très parlantes, si tu vois le film tu risques de reconnaître mes clichés 🙂
    J'espère que tu le verras il est très beau ! 🙂

  6. Un article original où l'on plonge littéralement dans la culture cinématographique japonaise. Je n'ai pas vu le film mais l'ambiance et la description que tu en fais me donner envie de courir Le decouvrir

  7. Je ne connais pas ce film mais ….J'ai adoré notre voyage au Japon. Grâce à cet article, j'y suis,répartie. Bravo et merci pour toutes ces explications et pour cette balade.

  8. Je te remercie je suis super contente que ça te plaise ! J'étais un peu sceptique quant au contenu de cet article un peu différent des autres mais je suis rassurée ! 🙂

    Oui c'est une super balade à faire, moi j'ai adoré visiter tout ça ! 🙂
    Ahaha je n'avais pas vu le film non plus quand je suis arrivée au Japon, je l'ai vu depuis la ville elle-même, comme tu comptes le faire si tu y vas 😀
    Mais je pense que tu peux prendre le temps de le faire, genre le matin, et après tu files faire l'ascension du Mont Takao qui est pas loin ! C'est top ! 🙂

  9. Eh beh je suis agréablement surprise par ta plume dont j’apprecie beaucoup l’honnêteté et qui laisse transparaître ta passion (je me demande ce que donne le ton sarcastique ;p).
    En tout cas une belle découverte bien détaillée et qui m’a totalement donné envie de découvrir le film et la ville (oui honte à moi je n’ai pas vue ce film…). Je vais essayer de dl ce film et de me le matter directement sur place juste avant de faire ce parcours si il arrive à rentrer dans ces 3 prochains mois ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top